Le Chat Perché en grève contre la réforme des retraites

Chat qui fait le dos rond devant la réforme des retraites

Les jours de mobilisation interprofessionnelle, les portes de l’atelier resterons fermées : bénévoles comme chalarié·es* iront manifester contre la réforme des retraites !

L’atelier ouvrira dès le lendemain dans les mêmes conditions que d’habitude, c’est-à-dire en fonction de la disponibilité des bénévoles pendant les horaires de permanence.
En tous cas, vous pourrez probablement profiter de la grève reconductible pour venir chouchouter votre biclou à l’atelier pour faire reculer l’âge de sa retraite à lui ;]

➡️ La chose à retenir est que les membres de l’association ont pris la décision de soutenir les mouvements de grèves nationales contre la réforme des retraites en fermant l’atelier les jours de manifestation présents et à venir ; comme cela a déjà été le cas pour les dates du 19 et 31 janvier, 7, 11 et 16 février, 7, 15, 23 et 28 mars, etc.

Mais alors je fais quoi quand le Chat est fermé ?

  • Comme d’habitude quand le Chat se trouve fermé alors que ce n’était pas prévu : tu peux savourer l’imprévu de la vie et profiter de ce nouveau temps qui s’offre à toi !
  • …et rejoindre les manifs (à pied ?) et peut-être croiser notre cortège à vélo !
  • Tu peux te renseigner sur les caisses de grève de ta filière pour en bénéficier et/ou d’une autre si tu souhaites soutenir financièrement tes camarades !
  • Certains syndicats de travailleureuses font passer des tableurs afin de rendre visible le nombre de grévistes pour que le décompte ne se fasse pas qu’en manif : rapproche-toi de tes camarades syndiqués pour en savoir plus, il n’y a pas besoin d’être syndiqué pour y figurer !

*Chalaires maintenus en cas de grève !

Le collectif de l’association du Chat Perché a pris la décision de maintenir les salaires pendant les jours grevés des deux salarié·es, en comptant 5h/jour sur leur quota d’heures hebdomadaires (ce seront 5h qu’iels n’auront pas à “rattraper”). Il appartient ensuite bien sûr aux chalarié·es de décider de faire grève ou non mais l’association souhaitait que la rémunération ne soit pas un frein à cette démarche.