Retour sur l’assemblée générale du 5 Juin 2021

L’assemblée générale a permis de renforcer l’équipe: bienvenue à Cassandre et Noémie qui rejoignent Anne-Laure, François, Yann, Charline, Steve, Juanadil, Thibault, Margot et Julien dans le collectif d’administration!

A l’occasion de l’assemblée générale, le collectif a fait un bilan moral sous forme d’un « mot »

Le mot du collectif

L’autoréparation, l’autogestion, la solidarité et l’entraide, le bénévolat, la lutte contre les discriminations et la récupération: autant de valeurs essentielles, que le Chat Perché s’évertue à perpétuer.

Nous fêtons cette année les 10 ans de l’association ; ce qui a été construit est immense ! C’est une aventure collective, et nous avons montré que ce modèle horizontal fonctionne ! Mais tout cela reste fragile et dans tous les cas doit être animé et soutenu. Le collectif du Chat Perché a envie de revenir sur ce qui l’anime vraiment au sein de son petit cosmos qui n’a cessé de ronronner pendant tout ce temps.

A propos des valeurs du Chat :

Autogestion et horizontalité – Autoréparation et vélonomie – Lutte contre les discriminations – Résistance face à la surabondance de nouvelles technologies

Le Chat dans le contexte actuel du vélo : La pratique vélo explose et rentre dans les mœurs. L’action des ateliers d’auto-réparation ne se juge pas sur un nombre d’adhésions, de vélos réparés, mais entre autres à l’impact que l’atelier a sur la vie de quartier.

Fonctionnement interne : Il y a besoin d’un nouvel élan collectif, besoin de nouvelles énergies pour assurer le fonctionnement du Chat et d’apporter de nouveaux points de vue. Des départs et des nouvelles arrivées parmi le groupe des actif.ves et parmi les salarié.es.

Perspectives: D’où vient le Chat, où va le Chat? Quelle est la vision associative à court et long termes? Un travail a été engagé et on espère pouvoir le faire aboutir cette année.

Convictions :

– Les vélos électriques ne sont pas souhaités à l’atelier. Nous avons expliqué nos raisons dans un article (https://www.chatperche.org/2020/10/nous-militons-pour-le-velo-a-assistance-electrique-sur-ordonnance/) et souhaitons, en tant qu’association, choisir plutôt que d’avoir à subir.

– Nous préférons l’utilisation des logiciels libres (https://www.chatperche.org/2020/09/outils-libres-et-autonomie/)

– Notre atelier n’est pas un fablab. Nos valeurs sont ce que nous sommes et pas ce que l’on souhaite afficher au public pour charmer. voir cet article de nos camarades de Grenoble (https://ricochets.cc/Nous-ne-sommes-pas-des-fablabs.html)

Nous ne sommes pas pour le marquage des vélos de manière générale et d’occasion spécifiquement et nous questionons le fichage obligatoire (https://ccfoc.info/)

Envies :

– Développer les liens avec le quartier / Pérenniser notre place / Question de la coexistence et des interactions entre les acteurs. Exporter l’autogestion et la vie de quartier dans d’autres secteurs. Montrer que c’est un modèle qui marche.

– Que les gens qui passent et viennent aux permanences se sentent accueillis, lutter contre les discriminations.

– Être et rester un phare pour les militant-e-s de tous horizons

– L’essaimage : le Chat souhaite prouver que l’essaimage est possible et est prêt à accompagner les initiatives. Le poste créé pour faire vivre la Clavette est une grande avancée.

Inquiétudes :

– Précarité du local.

– Problèmes financiers à venir.

– Milieu des ateliers d’autoréparation remis en question par les nouveaux acteurs dont les pratiques mettent en danger les ateliers existants

– Politiques publiques qui subventionnent grassement les pistes cyclables et les vélos électriques en délaissant l’autoréparation.

– Gisement de vélos à récupérer en danger / vampirisé par des gros acteurs.

– Le détournement de l’esprit de l’autoréparation (gratuite et assurant une transmission) pour valoriser des chantiers d’insertion et de structures marchandes : nous regrettons que le vélo devienne un « business comme les autres ». Nous pensons que le vélo peut se développer en gardant les fondamentaux de la vélonomie et de l’émancipation.

– Déséquilibre des politiques de subventions du milieu vélo où le milieu de l’auto-réparation reste à la marge. Malgré ce sentiment de frustration que le Chat peut ressentir, il faut saluer l’émergence de nouveaux ateliers.

Les trucs rigolos qui nous font rire jaune :

– Ces start-up qui mettent le Chat dans le programme de visite d’écotourisme entre un saut en parachute et un tour de Paris en trottinette électrique

– Les demandes de partenariat des sociétés de livraison à vélo qui veulent profiter de l’atelier pour mieux exploiter les livreurs-livreuses.

– Le prochain projet du Chat Perché? Une expo d’art contemporain de toutes nos vieilles chambres à air, en partenariat avec Total ?

Conclusion :

Toutes ces inquiétudes, notamment en faveur du consumérisme capitaliste, n’ont fait qu’encourager l’engagement militant au sein de l’atelier. Autant de questionnements et de débats qui ont besoin d’être construits et partagés avec vous… Que ce soit lors des permanences, des ateliers démontage du mercredi, au sein du collectif, ou d’un simple apéro, on compte sur vous pour continuer à défendre ces valeurs qui nous tiennent à cœur et à relever les nombreux défis qui nous attendent.

Afin de permettre à l’association de conserver un taux important d’autofinancement (qui avait atteint 90% en 2019), l’adhésion annuelle a été augmenté à 20 € par an (contre 15 € précédemment). Nous espérons que ce prix reste abordable.