Performance Cinéma Épileptique, jeudi 18 mai 20h30

À l’atelier du Chat Perché, jeudi 18 mai 20h30, Les Inattendus et Météorites présentent :
♥ PERFORMANCE CINÉMA ÉPILEPTIQUE EN 16MM ♥ avec Stefano Canapa & Antoine Birot !Stefano Canapa explore les possibilités du cinéma argentique, en laboratoire comme lors de la projection, en solo ou en collectif. Fondateur de Superottomonamour, laboratoire à Turin et du Labo d’investigation cinématographique à Montevideo, Uruguay, il est membre du groupe ZUR, Zone Utopiquement Reconstituée, à Angers. Il réalise et développe ses films à L’Abominable à La Courneuve.

Au programme :

WAVELENGTH de Stefano Canapa & Antoine Birot
2015 | 25 min | 16mm
Une recherche autour de la notion de signal analogique. Images et sons sont fabriqués à partir d’un Générateur de Basses Fréquences (GBF) et sont retravaillés en direct à l’aide de ce même GBF et de quelques projecteurs 16mm.

 » Répétition/déstructuration, accidents/crépitements dialoguent avec des grains argentiques en perpétuel mouvement. Une performance/célébration qui marie tube cathodique et pellicule argentique. On y danserait des yeux, hypnotisé par les 4 fois 250 watts qui propulsent les vapeurs d’un canon à électrons par le prisme du cinéma. On y serait bercé par le grondement des basses fréquences d’un home-made synthétiseur dressant le flux électrique. Stefano Canapa et Antoine Birot nous parlent du son et de son image, du lien qui les unit, opérant un transfert rapide et radical entre la saturation frontale d’un téléviseur chargé de basses fréquences et les palpitations chaotiques de la photochimie… Ils exaltent les ondes sonores pour vanter les ondes lumières.  »

+ 3 films en pellicule 35 mm :

KAIROS de Stefano Canapa & Elisa Ribes
2016 | 11 min | 35mm
Un film-poème dansé, une marche sur les rives de la Méditerranée qui évoque aussi bien la disparition du mythe des sirènes que le périple des migrants, entre exil et résistance.

I DON’T THINK I CAN SEE AN ISLAND de Christopher Becks & Emmanuel Lefrant
2016 | 4 min | 35mm
Un film d’aventures non euclidiennes et symboliquement authentiques.

PROJECTEUR OBSCURA de Peter Miller
2005 | 10 min | 35mm
Le portrait de sept écrans dressé par leurs projecteurs. C’est une série de films exposés en utilisant des projecteurs au lieu de caméras. L’extrême similitude entre le mécanisme d’une caméra cinéma et d’un projecteur est telle que si la cabine de projection est correctement obscurcie et qu’une pellicule vierge est placée dans le projecteur, la lumière du cinéma passera par l’objectif et impressionnera la pellicule.


Prix Libre